June 25, 2017

:

Mon cher OMM, c’est à ton tour…. -

jeudi, avril 27, 2017

L’étoile mystérieuse -

jeudi, avril 6, 2017

Livraison du détecteur IR de SPIRou -

vendredi, mars 24, 2017

Hommage aux astrophotographes amateurs du Québec – 03/17 -

mercredi, mars 22, 2017

Astronome de support -

vendredi, mars 17, 2017

L’OMM vient de livrer la caméra IR de SPIRou

L’OMM a livré le 28 février la caméra infrarouge du spectropolarimètre SPIRou.

SPIRou est un projet international piloté par la France, et impliquant, outre le Télescope Canada-France-Hawaii (TCFH), le Canada, la Suisse, le Brésil, Taiwan et le Portugal. Il s’agit d’un spectropolarimètre doublé d’un vélocimètre de haute précision optimisé pour la détection des exoTerres habitables autour d’étoiles naines rouges, ainsi que pour l’étude de la naissance des étoiles et des planètes.

En plus d’être un spectropolarimètre – c’est-à-dire un instrument capable de décomposer la lumière des astres dans ses couleurs et dans ses modes vibratoires élémentaires, SPIRou est un vélocimètre de haute précision, pouvant enregistrer les infimes mouvements d’une étoile témoignant de la présence d’une planète en orbite – à la manière d’un radar routier qui flasherait, non pour un excès de vitesse de l’étoile observée, mais pour des variations régulières et périodiques de sa vitesse. SPIRou pourra ainsi partir à la recherche des jumelles de la Terre dans les systèmes planétaires des étoiles naines rouges voisines du Soleil. Les atmosphères de ces planètes jumelles pourront ensuite être scrutées, avec le nouveau télescope spatial en gestation, à la recherche d’eau et autres bio-molécules associées à la présence de vie. SPIRou pourra aussi déchiffrer les mystères de la naissance des étoiles et des planètes, en observant pour la première fois les champs magnétiques de mondes nouveaux-nés d’à peine quelques centaines de milliers d’années.

Sur le plan technologique, SPIRou est aussi un défi d’envergure. Il doit fonctionner dans l’infrarouge pour observer au mieux les astres froids que sont les étoiles naines rouges. Cela nécessite de plonger le coeur de l’instrument, le spectromètre, dans un cryostat refroidi à la température de l’azote liquide (-200°) pour éviter que le rayonnement thermique ambiant, omniprésent dans l’infrarouge, n’éclipse la lumière stellaire très ténue que l’on souhaite décrypter. De plus, pour permettre de détecter les mouvements nanométriques des spectres qui trahiront la présence de Terres habitables, la stabilité thermique du cryostat doit être exceptionnelle et garantir une température constante à une précision de quelques millièmes de degrés.

SPIRou est un projet piloté par la France, et impliquant, outre le TCFH, l’Observatoire du Mont-Mégantic au Québec, la Suisse, le Brésil, Taiwan et le Portugal. Son budget de 10 M€ et coût de construction de 4 M€ reflètent l’enjeu scientifique majeur qu’il représente. SPIRou est en cours d’intégration finale et de tests à Toulouse et sera livré très prochainement au TCFH. L’OMM est responsable du coeur de l’instrument : sa caméra infrarouge ultrasensible.

Comments are closed.